Les facteurs de transfert

Les facteurs de Transfert: une aide puissante aux désordres ou déficits immunitaires

Intérêt et usage des facteurs de transfert 4life en clinique vétérinaire sur les petits animaux, bilan de huit années d’utilisation

 

Dr Vet Nicolas Baudin-J., avec l’aide de Helen Kimball-Brooke, praticienne en homéopathie, Ealing (Angleterre)

Resumé: Les facteurs de transfert sont des petites protéines de source naturelle animale, colostrum ou jaune d'oeuf, ils agissent comme stimulants ou régulateurs de l'activité des cellules immuniaires sans aucune spécificité de cible microbienne ni d'espèce animale concernée. Leur utilisation est encore assez faible, pourtant leur place est aussi importante que celle des antibiotiques dans la médecine de tous les jours, en médecine vétérinaire ils sont parfaitement utilisables et nous expliquons ici tout ce que l'on peut en faire: maladies infectieuses, allergies, cancers, maladies immunitaires, troubles intestinaux chroniques, faiblesse immunitaire.

 

Les facteurs de transfert sont un groupe d’une dizaine de protéines, de poids moléculaires voisins, assez faibles, qui se retrouvent en quantité au côté des immunoglobulines dans le colostrum de certains mammifères, dont les bovins. Ils n’ont pas du tout l’activité spécifique à la reconnaissance des antigènes mais ils potentialisent la mobilisation des cellules immunitaires, en particulier les macrophages, lorsqu’un antigène est présenté et que l’immunité humorale se met en marche. 

schema_immunite

Il ne faut pas les confondre avec les facteurs de transferts spécifiques sur lesquels on trouve de nombreux travaux. Les effets observés à l'usage des FT de 4life sont véritablement en faveur d’une relance de l’immunité cellulaire, de façon efficace et non désordonnée. C’est pourquoi il faut en discerner deux effets majeurs : le soutien immunitaire non spécifique et la régulation immunitaire.

macrophages_a_lassaut

La qualification de leur action comme non spécifique est très importante car, alors qu’ils sont extraits du colostrum bovin et du jaune d’œufs de poules, rien ne pose problème pour leur utilisation sur l’Homme, comme l’exploite le laboratoire 4life, le chien ou le chat, voire d’autres espèces (oiseaux ?). Le deuxième avantage de cette absence de spécificité est qu’ils sont utilisables dans tous les contextes infectieux ou immunitaires déficients. Attention cependant à ne pas leur demander une aide dans la lutte antivirale, ils n’ont ici aucun intérêt et ne sont pas à rapprocher des interférons.

Il y a chez 4life deux formules de Transfer factors différentes : Transfer Factor Tri-Factor, issu du colostrum et du jaune d’œuf et, plus puissant encore, Transfer Factor Plus Tri-Factor, qui contient en plus des extraits de Maï-Ta-Ke et de nombreux cofacteurs anti-oxydants ; les deux conviennent pour le soutien immunitaire, hors d’un contexte allergique pour le TF plus.

Ainsi chez les chats, ils sont une aide précieuse dans le syndrome immunodéficitaire félin, causé par le virus FIV, rétrovirus identifié depuis longtemps. Mais ils permettent d’aider à lutter contre les infections intercurrentes, pas à réduire la charge virale. Là où ils trouvent pleinement leur intérêt est qu’ils permettent de s’abstenir ou de réduire de longs traitements antibiotiques, et n’épuisent pas les mitochondries, comme le font de nombreuses molécules qui inhibent l’activité de l’acide folique. Enfin, d’une façon simple, peu onéreuse et efficace, ils peuvent être associés à des compléments alimentaires d’action générale, complexes d’acides aminés, vitamines et oligo-éléments et d’anti-oxydants. Les gélules de 4life sont faciles à ouvrir et la poudre est aisément miscible à une solution aqueuse, au goût lacté qui plaît aux animaux.

De la même manière, il est très utile de soutenir l’activité immunitaire antibactérienne des chats qui souffrent d’un coryza dans sa phase virale. Ici les FT permettent de maîtriser assez facilement les complications infectieuses, personnellement je conjugue leurs effets à ceux de la solution colloïdale Cu-Au-Ag.

Un usage soutenu et assez long, de trois semaines au moins, apporte un complément précieux au traitement de la calicivirose du chat, qui se manifeste par une ulcération parfois nécrosante de la muqueuse buccale et du pharynx, menant parfois à la mort du chat, incapable de se nourrir et épuisé par l’inflammation. Il est à souligner que la thérapeutique conventionnelle est plutôt désarmée face à cette maladie, en revanche le protocole avec les produits ABV et le TF plus montre une efficacité certaine face à ce problème. Quelques vétérinaires y sont maintenant habitués, n'hésitez pas à le leur demander.

Enfin, un intérêt majeur des FT chez les chats est leur utilisation au long cours pour grer au mieux le complexe granulome éosiniphilique félin, maladie auto-immune délabrante de la bouche ou des lèvres. Le support général de cette maladie est allergique mais sa chronicité et la réponse médiocre des chats aux corticoïdes, avec leurs effets secondaires, rendent la thérapeutique classique peu efficace. Le traitement que j’utilise ne repose pas que sur les FT, mais il ne saurait en être privé, c’est certain. Là encore, l’avantage des FT est une régulation immunitaire douce et non délétère avec une prise possible pendant des semaines entières.

Au sujet de la PIF ou de l’herpès-virose féline, maladies spécifiquement virales, les FT seuls semblent inopérants, il convient de les associer à d'autres produits: PRV de notre laboratoire, Catclovir, Lysine, Selenium, tout celà relève d'une prise en charge par votre vétérinaire.

On comprendra ainsi qu’en chatterie, pension ou élevage de chats, une partie assez importante des problèmes sanitaires peut être gérée par une prise régulière de FT. Il semble après plusieurs essais que la dilution faible des FT dans une eau siliceuse de bonne qualité, selon les méthodes de l’homéopathie, potentialisent leurs effets. Je n’ai pas à ma disposition un nombre suffisant de cas, seulement quatre, autrement dit rien du tout, mais la conjugaison des FT à doses pondérales et à dilution faible, 4 ch, a paru concluante, à poursuivre…

Chez les chiens, l’approche est la même, si les problèmes infectieux sont finalement moindres que chez les chats. L’utilisation que j’en fais se porte sur : atopies,  intolérances digestives, maladies intestinaleseczémas chroniques, otites à répétition, les pyodermites,en  les combinant parfois avec ABV K-tar, ABV visco-CF ou ABV gingko-CF selon les cas. Raccourcissant de la sorte les traitements antibiotiques, et les accompagnant de FT pendant et après, et conjuguant un gros traitement de drainage homéopathique.

Un terrain très favorable pour l’utilisation des FT est celui des jeunes animaux sevrés trop tôt, dont l’immunité générale se trouve assez peu efficace, qui reviennent souvent en clinique pour des infections banales, souvent cutanées ou respiratoires. Sur ces sujets en particulier, la vaccination pose problème. Si la qualité de la réponse vaccinale est mis en doute, je leur applique un traitement de préparation aux FT à forte dose une semaine avant et une semaine après l’injection vaccinale, conjugué au SIlicium sous forme homéopathique. L’observation montre qu’ils sont alors mieux protégés, en particulier les chatons contre le coryza.

Enfin, quelques autres produits 4life disponibles sur le marché semblent intéressants mais je n’ai pas d’expérience avec eux, ce sont :

- TF Glucoach, régulateur du système endocrinien, ciblé sur le diabètequi s’allierait parfaitement bien avec l’ABV Pitui-canis d’Aqua Bio Vet et

Il y a là matière à faire pour les vétérinaires français, le sujet mérite vraiment que des groupes d’études spécialisé en thérapies alternatives l’étudient longuement.

3.10.2016